Ces journées sont organisées par

Romain Bigé enseigne et pratique la danse et la philosophie. Agrégé de philosophie, il prépare actuellement une thèse à l’École Normale supérieure (doctorat SACRe de PSL*) sous la direction de Renaud Barbaras et intitulée Le partage du mouvement : philosophie des gestes du Contact Improvisation. En 2016-2017, il est récipiendaire d’une bourse Fulbright et chargé de cours en « Philosophie de l’art et des gestes » à PSL*. Formé à l’improvisation aux États-Unis et en Europe (notamment au travers de rencontres déterminantes avec Lisa Nelson, Nancy Stark Smith, Karen Nelson, Steve Paxton…), il co-fonde le collectif « L’oeil et la main » à Paris et développe, avec Matthieu Gaudeau, des ateliers danse et philosophie. Plus d’informations ici.

Alice Godfroy est agrégée de Lettres modernes, docteure en Littérature comparée et Maître de conférences en danse à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Au croisement de la phénoménologie, de la littérature et de l’esthétique, ses derniers travaux ont élaboré le concept d’une dansité de l’écriture poétique, en définissant le mouvement des textes à partir de l’expérience du corps dansant. Danse et poésie: le pli du mouvement dans l’écriture. Michaux, Celan, du Bouchet, Noël (Paris, Honoré Champion, 2015) ; Prendre corps et langue. Étude pour une dansité de l’écriture poétique (Paris, Ganse – Arts & Lettres, 2015). Elle mène de front un parcours de danseuse et de pédagogue du mouvement. Pratiquant la danse depuis le plus jeune âge, elle se spécialise peu à peu dans l’improvisation et choisit la danse Contact Improvisation comme champ privilégié d’investigation et de performance. Membre de la Cie Dégadézo (Strasbourg), initiatrice d’un collectif d’improvisateurs, regard extérieur pour différents projets scéniques, elle explore les savoirs des corps dansants et les processus de poétisation de leurs gestes.

[avec la collaboration, pour la journée sur accueillir, de] Katharina Van Dyk est ATER au département danse de Paris 8. Issue d’une double formation en philosophie (Paris 1-ENS) et en études en danse (Paris 8), elle prépare une thèse à Paris 8 sous la direction de Stéphane Douailler et Isabelle Launay intitulée Philosophies de la danse, métamorphoses de l’extase. Poétiques et politiques de l’extase au cœur de la modernité chorégraphique. Elle s’initie à la technique et au répertoire d’Isadora Duncan depuis 4 ans. Plus d’informations ici.

 

Avec le soutien de l’école doctorale SACRe

ILL_Logo SACRE quadri_vectorise

SACRe (Sciences, Arts, Création, Recherche) est une formation doctorale innovante de Paris Sciences & Lettres destinée aussi bien aux artistes et créateurs qu’aux scientifiques.

Elle résulte de la coopération de six de ses établissements membres :
• le Conservatoire national supérieur d’Art dramatique (CNSAD)
• le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP)
• l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs (L’École des Arts Déco)
• l’École nationale supérieure des Beaux-Arts (ENSBA)
• l’Ecole normale supérieure (ENS), qui a pour originalité de réunir des étudiants en sciences exactes et des étudiants en sciences humaines et sociales.
• L’Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son (La Fémis)

 L’originalité de ce programme pluridisciplinaire repose sur la coopération unique entre Ecoles d’art et de création et Ecole de recherche scientifique, ainsi que sur une très forte complémentarité entre théorie et pratique.

Son objectif est simple : il s’agit, en stimulant les échanges et les synergies entre deux domaines que l’université séparait jusqu’ici, de rénover et ressourcer les modes et les méthodes d’expérimentation, de pensée, d’invention et d’innovation aussi bien des plasticiens, musiciens, cinéastes, metteurs en scène, acteurs ou designers, que des chercheurs en sciences exactes, en sciences humaines et sociales.

Publicités